Catégorie | Expositions

Anthony Vérot au VOG

Les portraits d’Anthony Vérot nous offrent une quintessence de la figure humaine qui échappe à l’anecdote. Par sa façon de dessiner ses modèles au scalpel de son regard, la précision des traits et un usage épuré de la couleur, l’artiste donne à ses oeuvres une présence presque intimidante tant ils sont, pour celui qui les croise, une véritable injonction à les regarder. La justesse de ces portraits passe par une méthode rigoureuse qui récuse tout naturalisme.

La précision des détails, la dureté d’un trait qui n’épargne pas le modèle et passe dans sa recherche par un choix de couleurs nécessaires à la vérité de sa peinture et non soumises à la reproduction du modèle concourent à faire de ses portraits des emblèmes de notre humanité. L’austérité délibérée de sa palette, toute en teintes sourdes et mates, confère une solennité aux modèles, juste campés sur fond nu. Dans certains tableaux, le noir profond des vêtements fait ressortir par contraste la pâleur cireuse des visages.

Chaque repli de peau prend un relief particulier jusqu’à paraître réellement palpable. Il n’est pas pour autant question des ravages du temps, ni de la fragilité de la vie. Les protagonistes présentent au contraire un aspect figé de par leur posture hiératique et leur traitement. Ils ne posent ici pour la gloire mais pour devenir des figures de la peinture en dépassant le statut d’individus singuliers. Leur neutralité d’expression est en contrepoint de la pose des mains et de leur texture qui condensent quelque chose de leur personnalité.

Ces éléments viennent en quelque sorte incarner l’image, lui donner corps et expression. Ils font lien avec le spectateur en y introduisant des paramètres physionomiques qui écarteraient les anecdotes psychologiques au profit de considérations picturales de structures, de compositions et de contrastes colorés. Anthony Vérot ne garde de ses modèles que les éléments qui en accusent la charpente, la texture et la posture.

Jusqu’à les figer dans un modelé qui semble arracher l’être humain à l’immédiateté de sa vie. On peut évoquer à leurs propos, Hans Holbein, Franz Hals ou Jean Auguste Dominique Ingres et, plus près de nous Édouard Manet et encore Francis Bacon.

À travers ses portraits, Anthony Vérot offre une version contemporaine d’un genre classique dont il repousse les limites, réalisant l’exploit de transcender le réel tout en se l’appropriant pleinement.

Dossier de presse

  • Abonnez vous au flux RSS

Infos pratiques

VOG Fontaine

10 avenue Aristide Briand
38600 Fontaine
04.76.27.67.64

Heures d’ouverture :
du mercredi au samedi de 14h à 19h

fermetures exceptionnelles :
mercredi 13 décembre 2017, du 1er au 6 janvier 2018 et samedi 3 mars 2018

Visite commentée pour les groupes :
du mercredi au samedi toute la journée, sur rendez-vous.

Entrée libre
Plan d’accès

Prochaine exposition

Mathias Poisson « Graphies du déplacements »
dans le cadre de Paysage>Paysages
Du 7 décembre au 31 mars

Evénements

> Vernissages

Temps 1 ( 7/12/17 – 2/03/18 ) : 7 décembre à 18h30
Temps 2 ( 7/03/18 – 31/03/18) : 7 mars à 18h30

> Conférence d’histoire de l’art :
« La carte et le territoire », par Fabrice Nesta, jeudi 18 janvier à 19h30.

> Rencontre :
Avec Mathias Poisson, jeudi 25 janvier à 19h30.

> Show case :
Les chevaliers de Balsa, collectif Mawwâl, jeudi 1er février à 19h30.

> Atelier d’écriture :
Animé par l’association Horizons vagabonds, samedi 3 février de 15h à 19h. Sur réservation auprès du Vog.

> Promenades blanches :
Grenoble, les 16 et 17 décembre 2017 à 11h et 16h
Création Mathias Poisson et Alain Michard.
Centre de Développement Chorégraphique le Pacifique.
Dans le cadre des balades d’hiver.

Le VOG a sa page Facebook

page facebook

Code QR

code qr vog
A scanner avec MobileTag ou Barcode Scanner.