Catégorie | Expositions

Johann Rivat au VOG

Les toiles de Johann Rivat frappent avant tout par leur capacité à inspirer le silence. Pour cause, c’est la frontalité qui prime lors de la première rencontre avec le tableau. On est d’emblée capté, voire absorbé par la force des couleurs, de la matière, et par l’étonnante présence de l’œuvre, qui par l’usage du grand format induit un rapport physique avec elle.

Passé l’émoi du premier regard, l’œil construit son parcours dans la figuration. Et là encore, il est question de silence : un avion sur un tarmac ou une station service dans la nuit ; l’atmosphère semble toujours d’un calme imperturbable, qui n’exclut pas pour autant une certaine tension, presque dramatique.

En effet, très vite émerge la sensation d’avoir affaire à un décor, lieu d’un instant de flottement, qui précède quelque chose qui va se passer. Un peu comme avant le début d’une pièce, ou, s’agissant de Johann Rivat, avant le début d’un concert. C’est encore un des attraits de sa peinture, cette aptitude à capter un instant unique, dont le dessin, qu’il décrit comme « parfait outil de terrain », saisit la spontanéité, le vécu, qui ne seront en rien dénaturés par le travail en atelier.

Provenant d’images glanées sur internet, d’extraits de films ou de ses archives personnelles, ces « décors » s’échappent de leur contexte originel pour investir l’imaginaire du regardeur. L’artiste nous donne à voir des espaces vacants, dans lesquels l’absence de l’humain n’en souligne que d’avantage le passage. En cultivant ainsi cette esthétique de la présence par l’absence, Johann Rivat questionne subtilement la relation de l’Homme à son environnement.

Mais dès lors que l’on s’intéresse au traitement de la matière picturale : coulures, empattements, couleurs acidulées… ces représentations sont ramenées à leur réalité physique d’objets peints ; à l’instar de ce que rappelait le peintre Maurice Denis : « (…) quun tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ». Pour Johann Rivat l’acte de peindre consiste ainsi à jouer de ces constants va-et-viens entre la réalité figurée dans la peinture, et la réalité de la peinture elle-même : rester à ce point de jonction, être toujours sur le fil.

Dossier de presse

  • Abonnez vous au flux RSS

Infos pratiques

 

VOG Fontaine

10 avenue Aristide Briand
38600 Fontaine
04.76.27.67.64
vog@ville-fontaine.fr

Horaires d’ouverture :
du mercredi au samedi de 14h à 19h

Visite commentée de l’exposition tous les samedis à 15h30 / Entrée libre et sans inscription.

Visite commentée pour les groupes :
du mardi au samedi toute la journée, sur rendez-vous.

Sur place, pour les enfants, retrouvez la carte du petit visiteur. Pour une visite sous forme de jeux. A faire seule ou en famille !

Entrée libre
Accès :

 

Exposition

Marie-Anita Gaube

Passeurs

du 6 février au 18 avril 2020

 

Evénements

Vernissage :
Jeudi 6 février à partir de 18h30

atelier d’arts plastiques :
Mercredi 12 fevrier de 16h à 18h « Chacun fait son cirque », en collaboration avec  la médiathèque Paul Eluard. Réalisation de masques, en lien avec les peintures de Marie-Anita Gaube. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Conférence d’histoire de l’art :
Jeudi 13 février à 19h, « artistes au féminin », par Fabrice Nesta.

Contes à croquer
Mercredi 4 mars à 15h00 en collaboration avec la médiathèque Paul Eluard. Lecture de contes pour prolonger le carnaval !…A partir de 4 ans

Petit concert:
Jeudi 9 avril à 19h Der Zoologe von Berlin / Isabel Oed & Sergio Zamparo / Poésie électronique .

Le VOG a sa page Facebook

page facebook

Code QR

code qr vog
A scanner avec MobileTag ou Barcode Scanner.